Présentation du projet

Présentation du projet de l'école

Genèse

Qu'est-ce que Montessori ?

Montessori est le nom de la première femme médecin d’Italie. Après avoir obtenu son diplôme, elle travaille avec des enfants déficients, puis accepte le poste que lui propose le gérant d’un immeuble situé à San Lorenzo, un quartier populaire de Rome. Sa mission est de s’occuper d’une cinquantaine d’enfants, tous âgés de 3 à 6 ans, laissés seuls toute la journée, et dont la principale occupation est de dégrader l’immeuble. Maria Montessori (1870-1952) aménage dans un entresol une pièce spécialement prévue pour l’accueil des enfants. Le 6 janvier 1907, aidée par la fille de la concierge, elle accueille chaleureusement chaque enfant par cette injonction : ‘bienvenue chez toi’. C’est la naissance de la première Maison des enfants (équivalent à l’école maternelle d’aujourd’hui). En une semaine, les petits « vandales » se sont métamorphosés : ils ont renoué avec leur envie d’apprendre. De part cette expérience unique et formidable, Maria Montessori va révéler l’enfant sous un jour nouveau. A partir de nombreuses observations chez les enfants du monde entier, la doctoresse élabore une pédagogie scientifique, à caractère universel et qui répond au plus près aux besoins de découverte et d’apprentissage de chaque enfant, dans le respect du rythme de croissance de chacun.

Qu'est-ce que Montetibou ?

Montetibou est une association loi 1901, créée en février 2007, à l’initiative de deux jeunes mamans. Aujourd’hui, Montetibou gère un espace Montessori pour les familles. Espace de partage et de ressources autour de l’éducation pour les parents, et espace de découverte et d’apprentissage pour les enfants, Montetibou accompagne parents et enfants dans leur croissance respective. L’association permet d’éclairer la relation parent/enfant à la lumière des découvertes de Maria Montessori : « comment aider mon enfant à faire seul ? »

Pourquoi choisir la pédagogie Montessori ?

La pédagogie Montessori est classée dans les pédagogies « nouvelles », et pourtant sa genèse nous fait faire un bond en arrière d’un peu plus d’un siècle ! Le génie échappe au temps et ne meurt pas. Aujourd’hui encore, la pédagogie Montessori apporte un regard neuf sur l’enfant. Ce regard aimant et confiant a été adopté par la plupart des psychologues et des pédagogues, mais les outils concrets que nous donne Maria Montessori sont encore trop méconnus. Les outils, simples à mettre en application, sont en parfaite cohérence avec les connaissances actuellement reconnues par les spécialistes de l’enfance. Toute l’ambiance de la salle de travail, le matériel, l’éducateur, ne tendent qu’à une seule chose : accompagner l’enfant pour qu’il se révèle tel qu’il est, et exploite le meilleur de son potentiel. Ce qui est toujours nouveau, depuis un siècle, c’est l’absence de mise en concurrence des enfants, l’absence des punitions et des récompenses qui motivent l’enfant pour quelque chose d’extérieur à ce qu’il apprend, et la liberté de choix et d’action (ou d’inaction) de l’enfant qui l’amène non pas vers des activités désordonnées, mais vers ce que Maria Montessori appelle l’autodiscipline. Ce qui reste nouveau, c’est aussi la position d’humilité que prend l’éducateur montessorien (maître ou parent), montrant une direction à l’enfant, puis le laissant chercher, lui offrant le temps de se tromper, lui donnant la chance de pouvoir réussir à surmonter la difficulté que présente chaque apprentissage en puisant dans ses ressources propres, tout en restant présent et à l’écoute.

Question de forme

Qu'est-ce qu'une école hors-contrat ?

Les écoles publiques ou privées sous-contrat avec l’Etat bénéficient du financement du projet : dans les deux cas, l’Etat rémunère les professeurs. Les frais de scolarité se trouvent ainsi considérablement réduits, et les écoles sont ouvertes à tous. Une école hors contrat, quant à elle, ne bénéficie pas de cette aide. Elle est agréée par l’Inspection d’académie, respecte les normes de sécurité liées à son activité, mais doit faire face aux charges de personnel, aux charges immobilières, au chauffage, à l’entretien des locaux, à l’investissement mobilier, etc. Ayant très rarement la possibilité d’avoir recours à des financements publics ou du territoire, une école hors-contrat doit assumer tous ces frais en autofinancement. Les frais de scolarité sont donc élevés, ce qui dissone sensiblement avec le fondement de la pédagogie Montessori qui prend racine auprès d’enfants pauvres. Pour résoudre le problème de financement, l’association Montetibou propose des frais de scolarité échelonnés, suivant les capacités financières de chacun et mise donc sur la mixité sociale et l’entraide.

Projet pédagogique

Une école Montessori maternelle puis élémentaire.

L’école Montessori fonctionne par classe unique :

- une classe enfantine qui accueille les enfants de 2 à 3 ans

- en maternelle, les enfants de 3 à 6 ans se trouvent dans la même ambiance : ce système favorise l’entraide et permet à l’enfant d’apprendre à son rythme. L’enfant qui bénéficie de la pédagogie Montessori en maternelle acquiert normalement le processus de la lecture vers 4 ou 5 ans. Il apprend aussi à former des grands nombres et il est donc capable de lire par exemple 9745. Il a déjà bien entamé les apprentissages fondamentaux.

- Une classe primaire 1 : CP, CE1,

- Une classe primaire 2 : CE2, CM1, CM2

Que fait-on à l'école Montessori (mais pourquoi mon enfant a-t-il envie d'aller à l'école) ?

L’enfant trouve du plaisir à venir à l’école puisqu’il est baigné d’un environnement nourrissant pour lui. Dans un cadre rassurant, il peut se diriger seul vers l’activité qui correspond à son rythme d’évolution. L’enfant manipule le matériel, il bouge (déplacement libre), il crée, il explore, il observe, il vit !

L’ambiance de classe est tout particulièrement importante, car chaque enfant, entièrement à ce qui l’occupe, respecte le silence propice à la concentration.

Pour les petits, il s’agit surtout de vie pratique (verser de l’eau, arroser les fleurs, déplacer une chaise, balayer, nettoyer un miroir, cirer ses chaussures, se laver les mains, boutonner, faire des nœuds, se coiffer…) ; au-delà de l’intérêt objectif de savoir se servir des choses, l’enfant va développer la dextérité et l’habileté qui seront nécessaires aux travaux plus fins de la suite des apprentissages (ex : écriture). Parallèlement, l’enfant découvre le matériel sensoriel avec lequel il pourra exercer et développer ses cinq sens. Plus grand, vient le temps du travail mathématique et du langage, ainsi que de toutes les activités parallèles telles que la géographie, la musique ou la botanique. Elles pourront être présentées très tôt à l’enfant, sans le mettre en situation d’échec, puisque Maria Montessori insiste sur la nécessité d’introduire « une difficulté à la fois ». Tous ces apprentissages débutent par une approche sensorielle, et évoluent de la manipulation concrète (par exemple : le matériel de perles pour les mathématiques) vers l’abstraction.

Le rôle de l’éducateur est de présenter la première fois le matériel, puis de suivre discrètement la progression de chaque enfant, de façon à lui proposer de nouvelles activités lorsque l’enfant est prêt. L’éducateur n’intervient que si l’enfant le sollicite, il ne corrige pas l’enfant, le matériel permettant la correction autonome.

Chez Maria Montessori, le travail individuel est essentiel. Dans la journée, les enfants sont invités à se regrouper autour d’une activité à vivre ensemble (chant, cuisine, écouter un conte, théâtre…) L’enfant peut aussi être directement acteur de la vie en collectivité : préparation d’un goûter par des enfants qui épluchent les fruits pour tous les autres.

Quelles sont les spécificités du projet d'école de Montetibou ?

L’école Montetibou intègre entièrement la pédagogie Montessori. Le projet pédagogique s’oriente vers ce que Maria Montessori appelle l’éducation à la paix (cf. L’éducation à la Paix, Maria Montessori). Au cours de ses nombreuses conférences, elle a développé la pensée que si nous voulons promouvoir la paix, il faut donner une attention toute particulière à l’éducation de l’enfant et lui donner les moyens d’être en paix avec lui-même et le monde qui l’entoure.

Pour la paix avec soi-même et le monde, la méthode Montessori apporte des clés : elle permet un développement global de l’enfant. L’éducation doit prendre l’enfant dans sa globalité, dans son être :

  • éduquer la tête : l’enfant est amené en douceur vers l’abstraction.
  • éduquer le corps : l’enfant est libre de ses mouvements qu’il apprend à coordonner grâce à toute une série d’exercices (marcher sur la ligne, matériel de motricité fine). Pour Maria Montessori, l’organe de l’intelligence, c’est la main. C'est-à-dire que l’enfant chemine vers l’abstraction en passant par la manipulation.
  • éduquer le cœur : l’ambiance montessorienne est favorable pour développer des vertus du cœur : amour, confiance, respect de l’autre, entraide. L’enfant peut exprimer ses émotions et les comprendre. Il est amené au fur et à mesure à écouter aussi les besoins des autres et leurs émotions.

Pour Montetibou, le premier éducateur de l’enfant est le parent. C’est pourquoi nous laissons une grande place aux parents au sein de l’école. Effectivement, chaque parent est invité à offrir son savoir et ses compétences pour la classe : organisation d'ateliers (cuisine, bricolage, peinture, théâtre, musique, danse, jardinage, etc).

Effectif

Pour un meilleur encadrement des enfants, nous proposons des classes à petits effectifs : 14 enfants entre 2 et 3 ans, 25 entre 3 et 6 ans et 16 entre 6 et 11 ans).